Contested Spatialities of Digital Sovereignty

Contested Spatialities of Digital Sovereignty

Geopolitics, Vol 27, 1, 2022
1 avril 2022

“Digital sovereignty” has become a buzzword in digital policies. Contrary to the imaginary of digital transformation as preceding an era of limitless global networking in the 1990s, approaches to state regulation and delimitation of data flows as well as programmes for national digital infrastructures are justified with calls for digital sovereignty across very different contexts. This forum brings together contributions from political geography, law, computer science, and ethics that compare and analyse discourses and practices of digital sovereignty. The case studies on Russia and the EU reveal parallels as well as fundamental differences in the conception and implementation of digital sovereignty. Essays on the challenges posed by new forms of cross-border interaction (such as cloud computing) and new actors (such as digital platforms) illustrate that the traditional coupling of concepts of sovereignty, territoriality and the state, of jurisdiction and borders, must be rethought. The essays in this forum thus make it clear that the digital transformation is not simply a socio-technical modernisation process. It is rather shaped in specific ways and should be understood and analysed as (geo)-political discourses and practices. The forum contributes to the development of a political digital geography that analyses how the digital transformation is contested and produced in specific ways and unearths the politics and spatialities conceived and produced in these discourses and practices.

Read the full article here !

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La Russie peut-elle se déconnecter d’Internet ? Kevin Limonier

La Russie peut-elle se déconnecter d’Internet ? Kevin Limonier

Le Rubicon
10 mars 2022

 

Dans cet article publié dans Le Rubicon, Kevin limonier, chercheur et directeur adjoint de GEODE, professeur à l’Institut Français de géopolitique, nous parle de l’internet Russe – Runet – et des frontières numériques en tant qu’objet technique et géopolitique.

En 2019, la Douma a adopté la loi FZ90, baptisée loi du « Runet souverain ». Elle prévoit de donner à l’Etat les moyens juridiques, administratifs et techniques de contrôler l’intégralité des flux de données entrant et sortant du territoire russe et, le cas échéant, de déconnecter le pays du reste du monde en cas de « menace extérieure avérée ». Plusieurs semaines après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la déconnexion prévue par la loi de 2019 n’a toujours pas eu lieu, alors même que le pays est progressivement isolé de nombreux flux financiers, logistiques et économiques de la mondialisation soit par des sanctions, soit par l’action du gouvernement russe lui-même. […]

Vous pouvez lire l’article complet ici !

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Contributions – Observatoire franco-russe 2021

Contributions – Observatoire franco-russe 2021

CCI franco-russe
3 février 2022

Plusieurs chercheurs GEODE ont contribué à la dernière édition du rapport annuel de L’observatoire franco-russe 2021 (Chambre de commerce et d’industrie franco-russe) :

Hugo Estecahandy, sur Les industries de minage de cryptomonnaies en Russie.

Julien Nocetti, chercheur associé au centre Geode ainsi que Marie-Gabrielle Bertran et Colin Gérards, Doctorants, ont également contribué à cet ouvrage.

Pour cette édition 2021, 69 experts français et russes ont participé à ce projet.

Retrouvez les derniers articles publiés régulièrement ici 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières

Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières

Atlantic Council
3 février 2022

Alix Desforges et Aude Gery ont publié un article sur le site du think tank américain Atlantic Council, intitulé « So much for a ‘world without borders’? Countries are marking their territory in cyberspace« . A retrouver ici 

Il est issu de leur article commun en français « Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières » publié dans le numéro de mai-juin 2021 « géopolitique des frontières » de la revue Diplomatie. A retrouver ici 

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Numéro spécial « Cyberstudies »

Numéro spécial « Cyberstudies »

Études Internationales (Université de Laval)
3 février 2022

Plusieurs chercheurs GEODE ont contribué à la revue Études internationales (revue scientifique de l’École supérieure d’études internationales de l’Université Laval) pour un numéro spécial « Cyberstudies » dirigé par Sébastien-Yves Laurent.

Frederick douzet, Aude Géry et François Delerue avec « Droit international et normes pour le cyberespace : ambiguïtés et instrumentalisation géopolitique« 

Julien Nocetti avec « Un « cyber-mariage » arrangé ? Réalités et implications de la coopération cyber entre la Russie et la Chine« 

Plus d’informations sur ce numéro spécial ici 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le cloud défense : défi opérationnel, impératif stratégique et enjeu de souveraineté

Le cloud défense : défi opérationnel, impératif stratégique et enjeu de souveraineté

Études de l'IFRI - Focus stratégique
3 février 2022

photo : Credits : SergeyBitos/Shutterstock.com

Le ministère des Armées français a décidé de faire de l’informatique en nuage – ou cloud computing – l’un des piliers de sa transformation numérique. 

Recourir au cloud suppose néanmoins d’externaliser en partie la gestion des ressources informatiques, ce qui pose de nombreux défis d’ordre technique et culturel, mais aussi politique et industriel. À l’impératif de maîtrise technologique s’ajoutent en effet des enjeux stratégiques capitaux ayant trait à des questions d’autonomie et d’influence. Le cloud défense dépend donc autant de la capacité des armées à adapter la technologie à leurs exigences sécuritaires et opérationnelles, que des partenariats industriels mis en place par le ministère, et des politiques nationales sur le sujet.

Retrouvez l’ensemble de la publication de Clotilde Bomont ici.

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Aude Géry « The 5×5—The future of cyber diplomacy »

Aude Géry « The 5×5—The future of cyber diplomacy »

The 5x5 -Cyber Statecraft Initiative
21 octobre 2021

Auteur

The 5×5 series brings together the views of 5 researchers and experts on the same topic. Aude Géry contributed to the series on the subject of cyberdiplomacy.

The publication questions the experts on the particularity of cyberdiplomacy compared to other forms of diplomacy.

It also provides answers to the following questions:

  • « How do agreed upon norms in cyberspace (or lack thereof) impact diplomatic approaches to cyber crises?
  • « How do countries balance freedom of offensive (or defensive) action in cyberspace with norms dictating avoidance of certain targets, tactics, or capabilities? »

Find all answers to these questions on the Atlantic Council website

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Loqman Salamatian, Frédérick Douzet, Kavé Salamatian & Kevin Limonier « The geopolitics behind the routes data travel: a case study of Iran »

Loqman Salamatian, Frédérick Douzet, Kavé Salamatian & Kevin Limonier « The geopolitics behind the routes data travel: a case study of Iran »

Journal of Cybersecurity
17 septembre 2021

Retrouvez l’article co-écrit par Loqman Salamatian, Frédérick Douzet, Kavé Salamatian et Kevin Limonier sur les enjeux géopolitiques soulevés par le routage des données en Iran dans le Volume 7, Issue 1 du Journal of Cybersecurity.

Résumé de l’article en anglais : « In November 2019, in the wake of political demonstrations against the regime, Iran managed to selectively cut off most traffic from the global Internet while fully operating its own domestic network. It seemingly confirmed the main hypothesis our research had led us to, based on prior observation of data routing: Iran’s architecture of connectivity enables selective censorship of international traffic. This paper examines, through the case of Iran, how states can leverage the Border Gateway Protocol (BGP) as a tool of geopolitical control and what are the trade-offs they face. This question raises a methodological question that we also address: how the analysis of BGP can infer and document these strategies of territorialization of cyberspace. The Internet is a network of networks where each network is an autonomous system. Autonomous systems (ASes) are independent administrative entities controlled by a variety of actors such as governments, companies and universities. Their administrators have to agree and communicate on the path followed by packets travelling across the Internet, which is made possible by BGP. Agreements between ASes are often confidential but BGP requires neighbouring ASes to interact with each other in order to coordinate routing through the constant release of connectivity update messages. These messages announce the availability (or withdrawal) of a sequence of ASes that can be followed to reach an IP address prefix. In our study, we inferred the structure of Iran’s connectivity through the capture and analysis of these BGP announcements. We show how the particularities of Iran’s BGP and connectivity structure can enable active measures, such as censorship, both internally and externally throughout the network. We argue that Iran has found a way to reconcile a priori conflicting strategic goals: developing a self-sustaining and resilient domestic Internet, but with tight control at its borders. It thus enables the regime to leverage connectivity as a tool of censorship in the face of social instability and as a tool of regional influence in the context of strategic competition. »

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Kevin Limonier « Vers un « Runet souverain » ? Perspectives et limites de la stratégie russe de contrôle de l’Internet »

Kevin Limonier « Vers un « Runet souverain » ? Perspectives et limites de la stratégie russe de contrôle de l’Internet »

ÉchoGéo
19 août 2021

Découvrez l’article de Kevin Limonier « Vers un « Runet souverain » ? Perspectives et limites de la stratégie russe de contrôle de l’Internet » pour ÉchoGéo.

Résumé : En 2019, la Douma approuvait une loi destinée à donner à l’Etat les moyens juridiques et techniques de contrôler les flux de données entrant et sortant du territoire russe, et de déconnecter le réseau national du reste du monde « en cas de menace ». Point d’orgue de la stratégie de souveraineté numérique portée par la Russie depuis le début des années 2010, cette loi dite du « Runet souverain » se heurte néanmoins à d’importantes difficultés, que cet article a pour objectif de mettre en lumière grâce à la cartographie et à l’analyse spatiale. À partir d’importants volumes de données, ce travail ébauche en effet une première cartographie des routes de l’Internet russe et des acteurs qui le structure afin de pointer les défis auxquels se heurte le « Runet souverain ».

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Kevin Limonier & Marlène Laruelle « Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence »

Kevin Limonier & Marlène Laruelle « Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence »

POST-SOVIET AFFAIRS
19 août 2021

Découvrez l’article co-écrit par Marlène Laruelle et Kévin Limonier « Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence » pour le Post-Soviet Affairs, Volume 37, Issue 4.

Résumé en anglais : « This article argues that to capture Russia’s influence abroad, one needs to comprehend the country’s “gray diplomacy” as a neoliberal realm open to individual initiatives. We define “entrepreneurs of influence” as people who invest their own money or social capital to build influence abroad in hopes of being rewarded by the Kremlin . We test this notion by looking at both famous and unknown entrepreneurs of influence and their digital activities. We divide them into three broad categories based on their degree of proximity to the authorities: the tycoons (Yevgeny Prigozhin and Konstantin Malofeev), the timeservers (Alexander Yonov and Alexander Malkevich), and the frontline pioneers (the Belgian Luc Michel). An analysis of the technical data documenting their online activities shows that some of these initiatives, while inscribed into Moscow’s broad aspirations to great powerness, are based on the specific agendas of their promoters, and thus outlines the inherent limits of Moscow’s endeavors. »

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn