Publication : L’empire des algorithmes – Une géopolitique du contrôle à l’ère de l’anthropocène

Publication : L’empire des algorithmes – Une géopolitique du contrôle à l’ère de l’anthropocène

Éditions Armand Colin
6 avril 2022

L’empire des Algorithmes : une géographie du contrôle à l’ère de l’anthropocène

 

Ouvrage de Stephane Grumbach, chercheur associé au centre GEODE, directeur de recherche à l’INRIA et spécialiste des enjeux géopolitiques liés à la transformation numériques des sociétés humaines, publié aux éditions Armand Colin en mai 2022.

Présentation du Livre : 

Si le numérique est en général considéré sous l’angle de la technologie, les technologies sont en fait peu de choses au regard des transformations qu’il induit aux niveaux social, économique et politique. Le numérique bouleverse la structure même des sociétés, modifie radicalement les échanges d’informations et permet de contrôler en temps réel une partie croissante des acteurs, humains ou environnementaux, biologiques ou technologiques. En modifiant les rapports de pouvoir, il fait émerger de nouvelles forces et oblige la puissance publique à se repositionner. L’établissement de la vérité et l’organisation politique sont à reconstruire, à un moment où la puissance des algorithmes rend obsolète une part importante de l’activité humaine.
Pour autant le numérique n’étend pas son emprise sur une société à peu près stable par ailleurs. Il affecte une société qui se situe à l’aube d’un immense changement, celui de l’adaptation à une nouvelle donne environnementale. Il est donc illusoire de le penser hors de cette dynamique, qui est celle de l’anthropocène. La contemporanéité entre la révolution numérique et le bouleversement de l’écosystème est remarquable, et s’inscrit dans la grande accélération que l’ensemble des phénomènes humains comme environnementaux connaissent depuis les années 1950.
Une analyse remarquable de la manière dont le numérique modifie les rapports entre les nations et oriente les sociétés dans l’adaptation aux changements écosystémiques. (Dunod)

 

Sommaire : 

1. La singularité du monde
2. L’appropriation de la datasphère
3. Le triomphe des algorithmes
4. Les plateformes d’intermédiation
5. Le plongement du monde dans le cyberespace
6. La production du savoir et de la vérité
7. Pouvoir, souveraineté et légitimité
8. La gouvernance de l’écosystème

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La Russie peut-elle se déconnecter d’Internet ? Kevin Limonier

La Russie peut-elle se déconnecter d’Internet ? Kevin Limonier

Le Rubicon
10 mars 2022

 

Dans cet article publié dans Le Rubicon, Kevin limonier, chercheur et directeur adjoint de GEODE, professeur à l’Institut Français de géopolitique, nous parle de l’internet Russe – Runet – et des frontières numériques en tant qu’objet technique et géopolitique.

En 2019, la Douma a adopté la loi FZ90, baptisée loi du « Runet souverain ». Elle prévoit de donner à l’Etat les moyens juridiques, administratifs et techniques de contrôler l’intégralité des flux de données entrant et sortant du territoire russe et, le cas échéant, de déconnecter le pays du reste du monde en cas de « menace extérieure avérée ». Plusieurs semaines après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la déconnexion prévue par la loi de 2019 n’a toujours pas eu lieu, alors même que le pays est progressivement isolé de nombreux flux financiers, logistiques et économiques de la mondialisation soit par des sanctions, soit par l’action du gouvernement russe lui-même. […]

Vous pouvez lire l’article complet ici !

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières

Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières

Atlantic Council
3 février 2022

Alix Desforges et Aude Gery ont publié un article sur le site du think tank américain Atlantic Council, intitulé « So much for a ‘world without borders’? Countries are marking their territory in cyberspace« . A retrouver ici 

Il est issu de leur article commun en français « Cyberespace : d’un village global à un espace aux multiples frontières » publié dans le numéro de mai-juin 2021 « géopolitique des frontières » de la revue Diplomatie. A retrouver ici 

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Numéro spécial « Cyberstudies »

Numéro spécial « Cyberstudies »

Études Internationales (Université de Laval)
3 février 2022

Plusieurs chercheurs GEODE ont contribué à la revue Études internationales (revue scientifique de l’École supérieure d’études internationales de l’Université Laval) pour un numéro spécial « Cyberstudies » dirigé par Sébastien-Yves Laurent.

Frederick douzet, Aude Géry et François Delerue avec « Droit international et normes pour le cyberespace : ambiguïtés et instrumentalisation géopolitique« 

Julien Nocetti avec « Un « cyber-mariage » arrangé ? Réalités et implications de la coopération cyber entre la Russie et la Chine« 

Plus d’informations sur ce numéro spécial ici 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

De la fragmentation géopolitique à la fragmentation numérique de l’Ukraine

De la fragmentation géopolitique à la fragmentation numérique de l’Ukraine

Soutenance de thèse
3 février 2022

Félicitations à Louis Pétiniaud, officiellement docteur en géopolitique depuis le 2 décembre 2021. Date à laquelle ce chercheur GEODE et IFG à eu l’occasion de soutenir son excellente thèse intitulée « De la fragmentation géopolitique à la fragmentation numérique de l’Ukraine, 2013-2020″.

Le jury était composé de : 

  • FILLER André, Directeur de la thèse, Professeur des Universités, Université Paris 8
  • DOUZET Frédérick, co-Directrice de thèse, Professeure des Universités, Université Paris 8
  • RADVANYI Jean, Professeur des Universités Emérite, INALCO (rapporteur)
  • AREL Dominique, Professeur des Universités, Ottawa (rapporteur)
  • MEDINA Lucile, Maître de conférences HDR, Université de Montpellier
  • SALAMATIAN Kavé, Professeur des Universités, Université de Savoie

Louis Pétiniaud est désormais post-doctorant, chercheur associé au laboratoire GEODE.

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Où nous mènent les traces numériques ? Pratiques et apports de l’OSINT aux sciences sociales »

« Où nous mènent les traces numériques ? Pratiques et apports de l’OSINT aux sciences sociales »

Colloque GEODE et IRSEM
3 février 2022
Ce colloque sur le thème de l’OSINT s’est tenu le lundi 29 novembre au Campus Condorcet à Aubervilliers. Il a rassemblé 176 personnes sur la journée, dont plus de 50% de jeunes de moins de 25 ans et notamment des étudiants. 
 
Organisé par le centre de recherche GEODE (Géopolitique de la Datasphère) et l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM) en partenariat avec Paris 8, la Fabrique Défense (Ministère des armées) et l’Institut Français de Géopolitique (IFG) il a été l’occasion d’aborder l’utilisation de l’OSINT en particulier dans le contexte de la recherche et l’analyse géopolitique, mais également dans d’autres domaines tels que la défense, la cybersécurité, les métiers de l’informatique ou encore le journalisme. 
 
La journée a démarré par le propos introductif des organisateurs, Kevin Limonier, directeur adjoint de GEODE et Paul Charon directeur du domaine « Renseignement, anticipation et menaces hybrides » de l’IRSEM. S’en est suivie la présentation de Viginum (service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères) nouvelle agence de lutte contre les manipulations de l’information rattachée au cabinet du Premier ministre et placée auprès du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).
 
La première table ronde « l’OSINT comme pratique opératoire » s’est ensuite ouverte en compagnie de Roman Adamczyk (EU Disinfo Lab), Hugo Benoist (OSINT-FR), Mathieu Gaucheler (Maltego), Romain Mielcarek (Journaliste) et Clément Audebert (Preligens). Ils ont été invités à présenter leur structure et leurs travaux respectifs ainsi qu’à répondre aux questions du public. Nous avons pu apprendre par exemple les difficultés rencontrées lors des enquêtes menées par l’EU desinfo Lab, ONG bruxelloise. Le journaliste Romain Mielcarek souligne quant à lui que l’OSINT est un terme venu du monde du renseignement et que chaque discipline utilisant cette méthode d’investigation doit définir son cadre éthique. L’OSINT n’est par ailleurs qu’un moyen de recherche parmi d’autre qui ne doit pas exclure le terrain physique.
 
L’après-midi, la seconde table ronde « Méthodologie et OSINT : un outil pour la recherche » a donné la parole à quatre chercheurs sur leur expérience de cette méthode de collecte de l’information. 
Léa Ronzaud (Graphika) nous a évoqué les outils utilisés pour l’investigation -infructueuse- de son équipe dont l’objectif était de retrouver le responsable de la distribution de papier toilette à l’effigie de Joe Biden sur Times Square.
Hugo Estecahandy (GEODE) nous a offert une introduction au fonctionnement du bitcoin en partant d’une information repérée sur le site d’Égalité et Réconciliation.
Marie-Gabrielle Bertran (GEODE) a donné deux exemples d’OSINT sur l’internet russe, le premier relativement ouvert puis sur les données grises (leaks) en s’appuyant sur 2 affaires : le vol de données à SyTech, sous-traitant de plusieurs organes officiels russes et l’attaque du groupe Sands à Las Vegas par un groupe de hacktivistes iraniens.
• Pour finir, Ksenia Ermoshina (CNRS) a présenté en vidéo ses recherches sur les conséquences de l’annexion de la Crimée pour les infrastructures internet de cette région.
 
La session « Épistémologie de l’OSINT : apports et limites pour les sciences sociales » a afin clôturé la journée. Elle a apporté un certain recul sur ces investigations en « terrain numérique », autour de réflexions sur la valeur des données collectées grâce à ces méthodes, sur l’éthique et sur la limite de leur utilisation dans le cadre d’un travail de recherche. Hervé Letoqueux, président de l’Open Facto a rappelé ce qu’est « l’OSINT responsable », à savoir une information récupérée « sans ruse et sans stratagème ». Les autres intervenants Rayya Roumanos, (IJBA), Kevin Limonier (GEODE), Paul Charon (IRSEM) et Fabien Laurençon (IRSEM) ont apporté leur vision autour d’une certaine éthique de l’OSINT et sur la nécessité d’encadrer et d’organiser ce nouveau terrain de recherche.
 
L’équipe GEODE est très heureuse d’avoir participé à l’organisation et au contenu de ce colloque riche d’échanges et de retours d’expérience.
Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cartographie de la connectivité et de l’espace numérique en Asie centrale

Cartographie de la connectivité et de l’espace numérique en Asie centrale

RIPE
22 novembre 2021

Le RIPE a choisi de financer deux projets au cours de l’année 2021 dont celui de nos chercheurs GEODE Louis Pétiniaud, doctorant ; Kevin Limonier, directeur adjoint, qui supervise le projet ainsi que Loqman Salamatian, doctorant à l’université de Columbia.

Ce projet de recherche fait le lien entre Internet et la cartographie en réseau combinée aux techniques et méthodes de la cartographie géographique et géopolitique. Il explore et développe des méthodes visant à mieux comprendre les interactions entre l’Internet et l’espace topographique et géopolitique.

Il se concentre sur la macro-région de l’Asie centrale et en particulier le Kazakhstan et le Kirghizstan. Les chercheurs ont l’intention de produire un ensemble complet et diversifié de cartes et de visuels qui donneront un aperçu de l’internet local dans le contexte géographique et géopolitique de l’Asie centrale.

Cette région dispose d’un réseau plutôt enclavé, avec des connexions limitées aux principaux réseaux de l’internet, et avec peu d’infrastructures internet. Toutefois, la structure du réseau est en train de changer et pourrait être amenée à évoluer à un rythme plus rapide dans les mois à venir, étant donné les investissements techniques et géopolitiques des acteurs étrangers dans la région.

L’objectif principal du projet est de développer une cartographie de l’espace numérique à trois niveauxarchitecture de routage, chemins de données et latence – et d’élaborer des méthodes pour les appliquer à des cartes topographiques qui incluront des données qualitatives géographiques et géopolitiques.

Retrouvez toutes les informations à propos de ce projet sur le site du RIPE !

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

GEODE au Forum International de la Cybersécurité 2021

GEODE au Forum International de la Cybersécurité 2021

FIC
07-09 Septembre 2021

Lors du FIC 2021, les chercheurs GEODE Aude Géry et Kavé Salamatian sont intervenus lors de plusieurs tables rondes. 

Le chercheur Valère Ndior s’est également vu remettre le prix du livre « Recherche Universitaire » du FIC 2021 pour son ouvrage « Enjeux internationaux des activités numériques ». 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Table ronde “Souveraineté numérique : Discours et pratiques” – 20 octobre 18h

Table ronde “Souveraineté numérique : Discours et pratiques” – 20 octobre 18h

Evénement

Dès les années 1990, l’avènement des technologies numériques et l’augmentation des flux de données sont apparus comme des moteurs importants de l’intégration mondiale et de la formation d’un monde « post-territorial ». Cependant, cette vision d’un monde ouvert et interconnecté s’est rapidement heurtée aux réalités géopolitiques. Les Etats autoritaires – en particulier la Russie et la Chine – ont été les premiers à affirmer dans les années 2000 leur volonté d’exercer leur pouvoir régalien dans le domaine numérique. Depuis une décennie environ, cette idée s’est diffusée à travers le monde, prenant des formes très différentes d’un pays ou d’une région à l’autre. Le concept de « souveraineté numérique » est alors apparu comme le catalyseur de cette nouvelle posture stratégique des Etats, mais il suscite de nombreux discours qui sont parfois antagonistes. Loin d’être un concept neutre et universel, la « souveraineté numérique » apparaît plutôt comme une représentation protéiforme utilisée par les acteurs nationaux et internationaux pour légitimer des politiques et des pratiques, et diffuser leurs valeurs dans l’espace numérique.

          Pendant plus de deux ans, le centre GEODE (Géopolitique de la Datasphère) de l’Université Paris 8 et le projet « Discourses and Practices of Digital Sovereignty » de l’Université d’Erlangen-Nuremberg ont rassemblé une quarantaine de chercheurs en sciences humaines et sociales et en informatique pour établir un panorama des différentes approches de la « souveraineté numérique » dans le monde. Les résultats de ces échanges seront publiés dans un ouvrage international à paraître dans le courant de l’année 2022.

Nous vous invitons à venir découvrir ces travaux, lors d’une table-ronde réunissant quelques-uns des auteurs le mercredi 20 octobre 2021 – 18h/19h30.

L’événement se déroulera de façon hybride :

  • En présentiel au Campus Condorcet (Centre des Colloques, Salle 100, 2 rue des Fillettes 93300 Aubervilliers). Pass sanitaire obligatoire
  • En visio-conférence (lien communiqué sur inscription).

Parmi les intervenants :

  • Frédérick Douzet, Professeure à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) ; directrice de GEODE ;
  • Georg Glazse, Professeur à l’Université Erlangen-Nuremberg ;
  • Rogier Creemers, Professeur associé à l’Université de Leiden ;
  • Amaël Cattaruzza, Professeur à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) ;
  • Alix Desforges, Postdoctorante au sein de GEODE ;
  • Max Münßinger, Doctorant à l’Université Erlangen-Nuremberg ;
  • Clotilde Bômont, Chercheure au sein de GEODE, Doctorante à l’Université Panthéon-Sorbonne ;
Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn