Regard sur la nouvelle cyberstratégie militaire de la France

Regard sur la nouvelle cyberstratégie militaire de la France

War on the Rock
18 juillet 2019

Auteurs

«La cyber-guerre a commencé et la France doit être prête à la combattre», a déclaré le 18 janvier Florence Parly, la ministre française des Armées. Parly présentait la nouvelle cyber-stratégie militaire française, qui se compose de deux documents distincts: le Politique ministérielle pour la cyberguerre défensive (ci-après la politique ministérielle) et les éléments publics de la doctrine militaire de la cyberguerre (ci-après les éléments publics). Ensemble, ces documents décrivent la doctrine du ministère des Armées sur la lutte informatique défensive et offensive, ou cyber-guerre défensive et offensive.

C’est la première fois que la France divulgue des éléments de sa cyber-stratégie militaire, surtout les aspects offensifs de cette stratégie. Comme l’a noté Parly, cette nouvelle stratégie s’inscrit dans un effort plus large qu’elle mène pour adapter l’armée française aux menaces du XXIe siècle.

Cet article analyse les principaux éléments de la stratégie et de la doctrine de cyberdéfense militaire de la France et examine leur lien avec la stratégie globale de cyberdéfense de la France, comme indiqué dans la Revue stratégique de la cyberdéfense 2018. Le contenu des documents récemment publiés n’est pas si surprenant, car il reflète la longue évolution de la cyberdéfense militaire en France au cours de la dernière décennie et illustre l’approche globale de la France dans ce domaine émergent, décrite dans War on the Rocks l’année dernière par Boris Toucas. Mais le choix de rendre publique la doctrine – en particulier sa dimension offensive – à la fois affirme la France comme cyberpuissance et crée un précédent pour les futures cyber-stratégies nationales.

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’ouvrage d’Amaël Cattaruzza, Géopolitique des données numériques, obtient le prix Impératrice Eugénie 2019

L’ouvrage d’Amaël Cattaruzza, Géopolitique des données numériques, obtient le prix Impératrice Eugénie 2019

Société de Géographie
25 juillet 2019

Auteur

Ce prix, décerné par la Société de Géographie, a été fondé en 1869 comme prix pour les sciences auxiliaires et services rendus à la Société de Géographie.

Au cours des deux dernières décennies, la production de ­données numériques a connu une croissance sans précédent, transformant les relations entre états, mais aussi entreprises privées (GAFAM) et autres acteurs (hackers, cybercriminels, etc.). Ces dynamiques conduisent à s’interroger sur les nouvelles formes de rivalités territoriales dans ce contexte ouvert et réticulaire où la localisation physique des données peut ne pas correspondre à leur localisation logique ou juridique.

Or, le traitement de ces masses de données disparates nécessite ­aujourd’hui l’utilisation de nouveaux outils (Big Data, intelligence ­artificielle) qui sont devenus des instruments de pouvoir sur la scène internationale. Et dont l’usage impacte plus généralement les modes de gouvernement politique de nos sociétés.

Dans cet ouvrage dense et très complet, Amaël Cattaruzza montre comment les données numériques ont doublement modifié la géopolitique. D’une part en redéfinissant les notions de frontière et de puissance entre états et acteurs non étatiques, et de l’autre en refaçonnant son propre champ d’étude.

Plus d’informations ici

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Signalisation, victoire et stratégie dans la doctrine cyber militaire française

Signalisation, victoire et stratégie dans la doctrine cyber militaire française

War on the Rock
18 juillet 2019

Auteur

Le 18 janvier, la ministre française des Armées Florence Parly et le chef d’état-major interarmées, le général François Lecointre, ont dévoilé une partie de la nouvelle cyber-stratégie militaire de la France. Les deux fonctionnaires ont publié une politique défensive (Politique ministérielle de lutte informatique défensive) et une doctrine offensive partiellement non classifiée (éléments publics de doctrine militaire de lutte informatique offensive).

Le 23 avril, François Delerue, Alix Desforges et Aude Gery ont publié un essai donnant un premier aperçu de ces annonces. Ils se sont concentrés sur l’importance stratégique des deux documents dans le contexte plus large de la position de la France à l’égard du cyberespace. L’objectif de ce papier est d’explorer les implications opérationnelles et organisationnelles de la cyber-stratégie militaire pour les forces armées françaises.

Article de Stéphane Taillat 

Lire l’article sur le site war on the rocks

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Géopolitique du routing

Géopolitique du routing

Ripe Network Coordination Centre
17 juillet 2019

Auteurs

Le but de cet article est d’introduire une base méthodologique pour une analyse géopolitique d’Internet et d’illustrer la géopolitique du cyberespace. À cette fin, nous avons utilisé les flux BGP fournis par le service d’informations de routage RIPE pour déduire régulièrement des graphiques de connectivité au niveau AS. Nous avons analysé l’évolution de ces graphiques sur une longue période (plusieurs années) et observé comment la structure de la connectivité évolue avec les changements géopolitiques. Nous présentons un ensemble de «cartes algorithmiques» que nous avons créées pour représenter un certain nombre de problèmes définis ci-dessous.

Voir la suite de l’article sur le site de RIPE NCC

Auteurs : Louis Pétiniaud & Loqman Salamatian

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La Cyberdéfense – Politique de l’espace numérique

La Cyberdéfense – Politique de l’espace numérique

Armand Colin
16 juillet 2019

Auteurs

Rapports de forces, cyberattaques sur les infrastructures, hacking, espionnage, fake news, le cyberespace est devenu en quelques décennies un champ privilégié des relations internationales où coopèrent et s’affrontent anciens et nouveaux acteurs de la conflictualité, étatiques et non étatiques, publics et privés, civils et militaires.

Les enjeux sont considérables car la plupart des activités humaines dépendent aujourd’hui de l’interconnexion des systèmes de traitement de l’information permise par les réseaux numériques. Or, les menaces associées à la digitalisation de la société ont profondément transformé la manière de concevoir les conflits contemporains. Elles ont amené les États et les principaux acteurs de la sécurité à repenser leurs politiques, leurs architectures et leurs stratégies de défense sur la scène internationale.

Ce domaine doit être appréhendé de manière globale, au croisement des approches politiques et géopolitiques, stratégiques et juridiques, économiques, techniques et sociotechniques. Cet ouvrage présente de manière concise et accessible l’ensemble des connaissances disponibles aujourd’hui sur le sujet de la cyberdéfense et de la gestion de crise dans l’espace numérique. Rédigé par de nombreux spécialistes, universitaires et praticiens, il offre une vision large et pluridisciplinaire des enjeux de la cyberconflictualité.

En savoir plus sur le site de l’éditeur

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Usines à trolls » russes : de l’association patriotique locale à l’entreprise globale

« Usines à trolls » russes : de l’association patriotique locale à l’entreprise globale

La Revue des Médias - Ina
20 juin 2019

Auteur

Par Colin Gérard, doctorant à l’IFG et à l’INRIA

De leur origine en 2010 à leur coup d’éclat lors de la présidentielle américaine de 2016, retour sur les « usines à trolls » russes à travers le cas de l’Internet Research Agency. Une organisation toujours mystérieuse et dont l’impact des manipulations reste à déterminer.

 

Commenter, moquer, parodier, harceler en masse. Basée à Saint-Pétersbourg, l’Internet Research Agency (IRA) était chargée de prendre d’assaut les plateformes de communication en ligne, réseaux sociaux, plateformes de vidéos ou sites internet de médias, en les noyant de commentaires, vidéos et mèmes, et d’organiser des rassemblements dans des États tiers, en l’occurrence aux États-Unis. Des objectifs clairs, qui lui ont valu le surnom d’« usine à trolls ».

 

Le 18 avril 2019, le département américain de la Justice publiait une version expurgée du rapport issu de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une possible collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump pour la présidentielle de 2016. L’enquête ne fait état d’aucun lien avéré entre l’équipe du candidat et la Russie, mais éclaire sur le rôle de cette organisation au fonctionnement opaque …

 

Lire la suite sur le site de la « revue des média » de l’INA

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cyberattaques et droit international

Cyberattaques et droit international

Editions A. Pedone
14 mars 2019

Chercheur

Anne-Thida Norodom a co-dirigé avec Maryline Grange un ouvrage dédié à l’analyse des cyberattaques au prisme du droit international aux éditions A. Pedone.

La préface de cet ouvrage qui rassemble plusieurs contributions a été signé par Frédérick Douzet.

Résumé de l’ouvrage :

Un nord-coréen accusé d’avoir piraté le studio Sony ou orchestré l’attaque Wannacry pour le compte du régime, des interventions via les réseaux sociaux dans les campagnes électorales américaine, lettone ou française, un programme malveillant paralysant la cérémonie d’ouverture des derniers Jeux Olympiques, une tentative de perturbation de missions d’avion de chasse, une attaque de sociétés gérant le fonctionnement de centrales nucléaires américaines… la liste pourrait être longue pour recenser les cyberattaques entreprises seulement depuis 2017.

Pourtant, la réponse à apporter n’est toujours pas évidente : qui peut agir ? contre qui ? à quelles conditions et dans quel but ? Autant de questions qui se posent et auxquelles il faut apporter une réponse à la suite de l’identification de tels actes. S’il a été reconnu que le droit international existant doit s’appliquer en cas de cyberattaques, il reste encore à en identifier les modalités.

C’est à cet ambitieux objectif que la Journée d’études organisée à l’université de Rouen le 2 juin 2017 entendait contribuer en confrontant les besoins des praticiens aux réflexions d’universitaires. Le présent ouvrage rassemble les contributions des intervenants qui ont accepté de proposer des analyses, souvent prospectives, des questions posées quant à la définition des cyberattaques, l’identification de leurs auteurs et des réactions envisageables.

Pour commander l’ouvrage sur le site des éditions Pedone.

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Géopolitique des données numériques

Géopolitique des données numériques

Editions Le Cavalier Bleu
20 janvier 2019

Chercheur

Amaël Cattaruzza a publié en mars 2019 un ouvrage consacré à la géopolitique des données numériques aux éditions Le Cavalier Bleu.

Résumé de l’ouvrage :

Au cours des deux dernières décennies, la production de données numériques a connu une croissance sans précédent, transformant les relations entre États, mais aussi entreprises privées (GAFAM) et autres acteurs (hackers, cybercriminels, etc.). Ces dynamiques conduisent à s’interroger sur les nouvelles formes de rivalités territoriales dans ce contexte ouvert et réticulaire où la localisation physique des données peut ne pas correspondre à leur localisation logique ou juridique.

Or, le traitement de ces masses de données disparates nécessite aujourd’hui l’utilisation de nouveaux outils (Big Data, intelligence artificielle) qui sont devenus des instruments de pouvoir sur la scène internationale. Et dont l’usage impacte plus généralement les modes de gouvernement politique de nos sociétés.

Dans cet ouvrage dense et très complet, Amaël Cattaruzza montre comment les données numériques ont doublement modifié la géopolitique. D’une part en redéfinissant les notions de frontière et de puissance entre États et acteurs non étatiques, et de l’autre en refaçonnant son propre champ d’étude.

Table des matières :

Introduction

De quoi «les données» sont-elles le nom ?

La donnée, une nouveauté millénaire

Vers un nouveau paradigme scientifique et social ?

La technique détermine-t-elle la donnée ?

Définition sociopolitique de la donnée

Le champ décisionnel et idéologique derrière les

données

Vers une territorialisation des données

Datacenters : la régionalisation des données

Géopolitique des datacenters : puissance en stock

Géopolitique des flux de données

Une territorialisation par le droit

Lutte idéologique pour les données : quelle gouvernance

pour l’Internet ?

De la guerre à la cyberguerre ?

La géopolitique à l’épreuve des données

Le territoire mis en données : l’espace et son double

La numérisation du champ de bataille

La frontière connectée

L’ère de la data surveillance

Du pouvoir territorial au pouvoir en réseau

Conclusion

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

La revue stratégique en pratiques “Les enjeux de sécuritéet de défense nationale vus par les doctorants IHEDN”
03 novembre 2018

Auteurs

Louis Pétiniaud, Colin Gérard et Kevin Limonier ont participé à l’ouvrage « La Revue Stratégique en pratiques, Les enjeux de sécurité et de défense nationale vus par les doctorants IHEDN » avec un article portant que les stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France.

Résumé de l’article:

La Russie développe depuis plusieurs années une nouvelle stratégie d’influence à l’étranger, qui se déploie particulièrement dans le cyberespace. Au cœur de celle-ci, la production massive de contenu par des plateformes médiatiques russes et leur propagation à travers les réseaux sociaux ont montré une efficacité certaine. Le contexte historique spécifique du développement de ces plateformes, puis leur adaptation aux codes et fonctionnement d’Internet ont eu un rôle important dans leur succès croissant.

Par ailleurs, l’analyse du Big Data donne à voir l’existence d’une galaxie d’utilisateurs d’Internet qui, en France, joue autour de ces médias, un efficace rôle de relais et de propagation d’un discours favorable à la Russie. L’identification et l’analyse du comportement de ces utilisateurs permet l’élaboration d’une méthodologie innovante de cartographie de ces relais, et par-là une nouvelle approche de la puissance informationnelle russe en France.

 

Télécharger l’article sur le site de l’IHEDN.

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ru.net : géopolitique du cyberespace russophone

Ru.net : géopolitique du cyberespace russophone

Les cahiers de l’Observatoire
02 novembre 2018

Auteur

A tort ou à raison, la Russie s’est construit une image de « cyberpuissance » que les accusations américaines, renforcées par les déclarations du président français, ont grandement contribué à façonner. Kevin Limonier pose ici la question de l’instrumentalisation politique, par la Russie comme par ses adversaires, d’un phénomène technique ayant acquis une immense importance stratégique. La lutte pour son contrôle est en effet susceptible de provoquer des guerres, de déstabiliser des régions entières, ou encore de priver les citoyens de certains de leurs droits les plus fondamentaux. Le retour objectif de la Russie sur la scène internationale s’accompagne d’une mise en récit s’appuyant sur un imaginaire issu de la « guerre froide ». C’est à cette « mise en récit » qu’est consacré le quatrième Carnet de l’Observatoire.

Voir le site des éditions L’inventaire

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn