GEODE à la Fabrique Défense 2020

GEODE à la Fabrique Défense 2020

20 janvier 2020

Chercheurs

Les 17 et 18 janvier 2020, GEODE était présent à La Fabrique Défense, événement organisé

par le Ministère des Armées visant à promouvoir les métiers de la défense et à renforcer le

lien armée-Nation auprès des jeunes.

A cette occasion, la Ministre des Armées Madame Florence Parly, accompagnée de plusieurs

de ses homologues étrangers, est venue sur le stand GEODE rencontrer les chercheurs. Cet

échange fut l’occasion de présenter nos travaux sur nos trois axes de recherche :

  • Cartographie de la datasphère : développement d’outils pour mieux comprendre et
    représenter la datasphère (approche régionale, flux de données, routes logiques et
    physiques, réseaux sociaux, propagation de contenus, etc.)
  • Actions, opérations et confrontations dans l’espace numérique : analyse des
    cyberconflits, des manœuvres informationnelles, des stratégies et représentations des
    acteurs, des rapports de force et des enjeux stratégiques de la révolution numérique
  • Politique de la datasphère, enjeux juridiques, éthiques et démocratiques : étude des
    enjeux de souveraineté et de politiques publiques pour la paix, la sécurité collective, la
    prosperité économique et la défense des valeurs démocratiques

 

 

Les chercheurs de GEODE ont accueilli sur le stand de nombreux étudiants, professeurs de

collèges et lycées venus se renseigner sur nos offres de formations et nos recherches sur les

enjeux stratégiques de la révolution numérique.

 

 

Enfin, Alix Desforges, post-doctorante au sein de GEODE, est intervenue sur la table-ronde

« Enjeux de la cyber (in)sécurité » pour présenter les apports de la recherche en géopolitique à

la sécurité et à la stabilité de l’espace numérique.

 

TITRE : L’édition 2020 du Forum International de la Cybersécurité

CATÉGORIE : Actualité – Frédérick Douzet – Kévin Limonier – Amaël Cattaruzza – Alix Desforges – Aude Géry – Colin Gérard – Margot François – Kavé Salamatian – Loqman Salamatian – Louis Pétiniaud – les 3

REVUE : FIC

DATE : 1er février 2020

CONTENU :

Une édition 2020 du FIC chargée pour GEODE ! Les 28, 29 et 30 janvier 2020, GEODE était présent au Forum international de la cybersécurité, événement de référence en Europe en matière de sécurité et de confiance numérique.

A cette occasion, sept chercheurs GEODE sont intervenus sur sept table-rondes et masterclass pour présenter leurs recherches et partager leur expertise tant en matière de régulation internationale que de cartographie de l’espace numérique.

 

Cyber 9/12 Strategy Challenge

GEODE a également organisé en partenariat avec l’Atlantic Council et CEIS, le Cyber 9/12 Strategy Challenge. Grâce au soutien de Siemens, PwC, Facebook, le COMCYBER et du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le Cyber 9/12 Strategy Challenge a réuni sur trois jours 13 équipes provenant de neuf universités et écoles différentes.

Le Cyber 9/12 Strategy Challenge est une compétition organisée autour d’un scénario fictif et évolutif de cyberattaques. Cette année, le scénario portait sur la cyberdéfense dans l’espace extra-atmosphérique. Les étudiants ont donc dû, au cours de la compétition, présenter des recommandations afin d’aider les membres du jury à traverser la crise affrontée. Le jury de la final était composé de Klara Jordan (Global Cyber Alliance), Genevieve Lester (US Army War College), Nicolas Petrovic (Siemens France), Thierry Delville (PwC France) et le vice-amiral Vérel (COMCYBER).

 

Deux ouvrages GEODE primés !

GEODE au FIC 2020 c’était aussi des livres primés. Deux ouvrages des chercheurs GEODE étaient en lice pour les prix du livre : Géopolitique des données, d’Amaël Cattaruzza, et Cyberattaques et droit international. Problèmes choisis dirigé par Maryline Grange et Anne-Thida Norodom (en séance de dédicace sur la photo ci-dessous). L’ouvrage Cyberattaques et droit international. Problèmes choisis a reçu le prix du livre cyber 2020 dans la catégorie « Recherche universitaire ».

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Publication du manuel de lycée « Introduction à la géopolitique », par A. Cattaruzza et K. Limonier

Publication du manuel de lycée « Introduction à la géopolitique », par A. Cattaruzza et K. Limonier

Armand Colinn
6 novembre 2019

Auteur

 A l’occasion de l’entrée de la géopolitique dans les programmes officiels de lycée, Amaël Cattaruzza (GEODE) a rédigé, avec la participation de Kévin Limonier (co-directeur GEODE), le très complet manuel « Introduction à la géopolitique », paru en septembre 2019, chez Armand Colin.

L’objectif de ce manuel est de faire découvrir la géopolitique, et son évolution en tant que méthode d’analyse, au grand public. Ce livre ne s’adresse évidemment par qu’aux lycéens français, et revient sur tous les fondamentaux de la discipline, mêlant habilement précision et pédagogie.

CATTARUZZA, Amaël (dir.),  LIMONIER Kévin. Introduction à la géopolitique, Armand Colin, septembre 2019.

 

Lien de l’éditeur : https://www.armand-colin.com/introduction-la-geopolitique-9782200624392

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Fake news/complots : on nous cache tout, on nous dit rien ?

Fake news/complots : on nous cache tout, on nous dit rien ?

France Inter
28 septembre 2019

Auteur

Kevin Limonier était l’invité de l’émission « le nouveau rendez-vous » sur France Inter consacrée aux manipulations de l’information.

Pour écouter l’émission, c’est ici

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Géopolitique du routing

Géopolitique du routing

Ripe Network Coordination Centre
17 juillet 2019

Auteurs

Le but de cet article est d’introduire une base méthodologique pour une analyse géopolitique d’Internet et d’illustrer la géopolitique du cyberespace. À cette fin, nous avons utilisé les flux BGP fournis par le service d’informations de routage RIPE pour déduire régulièrement des graphiques de connectivité au niveau AS. Nous avons analysé l’évolution de ces graphiques sur une longue période (plusieurs années) et observé comment la structure de la connectivité évolue avec les changements géopolitiques. Nous présentons un ensemble de «cartes algorithmiques» que nous avons créées pour représenter un certain nombre de problèmes définis ci-dessous.

Voir la suite de l’article sur le site de RIPE NCC

Auteurs : Louis Pétiniaud & Loqman Salamatian

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Appel à contribution dans le cadre de la Journée doctorale de la Commission de Géographie politique et de Géopolitique du CNFG

Appel à contribution dans le cadre de la Journée doctorale de la Commission de Géographie politique et de Géopolitique du CNFG

Institut de Géographie

20 janvier 2019

Chercheurs

Journée doctorale de la Commission de Géographie politique et de Géopolitique du CNFG

Institut de Géographie

191, rue Saint-Jacques

75005 Paris

Salle 412 – 4ème étage

14 juin 2019

9h – 17h

 

Dans la perspective du Congrès exceptionnel de l’Union Géographique Internationale à Paris en 2022, « Le temps des géographes/Time for geographers », la Commission de géographie politique et de géopolitique organise une journée doctorale sur le thème « Pensées émergentes en géographie politique et en géopolitique ». Dans le cadre des activités de la commission, le but de cet évènement est de permettre à de jeunes chercheurs en géographie politique et en géopolitique de présenter leurs travaux et de les discuter avec des chercheurs seniors. L’objectif sera également de fédérer les géographes travaillant autour des dimensions politiques de l’espace, et de réfléchir aux spécificités des approches des géographes français dans ce domaine. Si au début des années 70, géographie politique et géopolitique étaient quasi inexistantes dans le paysage universitaire français, la situation a nettement évoluée depuis et la dimension politique s’est insérée dans de nombreux domaines de la géographie française. Cela est évidemment le cas de ces  deux champs que sont la géopolitique, renouvelée par Yves Lacoste et la revue Hérodote, ou la géographie politique dont les publications en France se sont développées à nouveau à partir de la fin des années 1970 (Paul Claval, Claude Raffestin, André-Louis Sanguin).

Mais l’approche politique des phénomènes spatiaux dépasse aujourd’hui largement ces seules branches. Elles apparaissent également plus ponctuellement dans d’autres champs comme la géographie sociale, culturelle, urbaine, environnementale, entre autres. Alors que le champ du politique en géographie a d’abord été étudié à travers le seul prisme de l’Etat (Ratzel), les échelles d’analyse, les méthodologies, les approches épistémologiques et les objets d’études se sont multipliés au cours des dernières décennies. Les approches critiques ont d’abord procédé par déconstruction conceptuelle, pour mettre en avant la puissance des représentations qui sous-tendent les rapports de force dans les territoires. Sous l’influence d’approches plus radicales, notamment grâce à l’apport des pensées féministes, la géographie politique se déplace vers d’autres champs, avec des applications dans l’analyse du quotidien et de l’intime notamment. Elle pose également la question de la circulation des concepts et ouvre des débats sur la géopolitique des savoirs. La géopolitique des données est aussi un nouveau champ alors que la numérisation de la société se renforce.

Ces doctorales offriront donc l’occasion de rendre visible cette diversité, que ce soit en termes thématiques ou méthodologiques, et de permettre des échanges entre ces perspectives. Elles s’inscrivent ainsi dans une mission plus large de la Commission, celle de dresser une « cartographie » de l’approche politique dans la géographie française, d’identifier les nouveaux objets d’études ouverts, et de nourrir un débat autour des thèmes qui pourront éventuellement faire l’objet de potentiels panels en 2022.

Aussi, l’objectif de ces échanges entre doctorants et chercheurs confirmés en géographie politique et géopolitique est triple :

1/ Nourrir la réflexion des doctorants autour des thématiques et des méthodologies de la géographie politique et de la géopolitique et des formes de leur renouvellement respectif. Favoriser un échange et une transmission intergénérationnelle dans cette discipline. Inscrire l’évènement dans une dimension pédagogique en l’ouvrant largement possible aux étudiants de Master (géographie, sciences politiques, etc.).

2/ Montrer la vivacité et l’actualité des recherches en géographie politique et en géopolitique. Mettre en valeur la pertinence de la géographie dans l’étude du politique et des jeux de pouvoirs, à la fois en termes de compétition et de coopération dans les / pour les territoires.

3/ Entretenir les liens et les échanges entre les chercheurs de la discipline, géographie politique et géopolitique, malgré leur dispersion dans différentes structures. Organiser une rencontre régulière au sein de la discipline entre différentes approches et différentes institutions.

 

Les propositions doivent être envoyées au comité d’organisation avant le 31 mars 2019 (amael.cattaruzza@yahoo.fr). Le format attendu est celui d’un texte de 2500 signes maximum (espace compris). Chaque proposition devra insister sur les choix opérés par le doctorant en termes de thématiques, et d’approches épistémologiques et méthodologiques.

Le comité d’organisation et le comité scientifique sélectionnera les propositions les plus formalisées et les plus innovantes avant le 15 mai 2019. Les doctorants sélectionnés seront pris en charge pour leur déplacement vers Paris.

La journée se déroulera le vendredi 14 juin 2019 de 9h à 12h et de 13h30 à 17h. Elle sera précédée la veille de la réunion annuelle de la Commission de géographie politique et de géopolitique du CNFG.

Format : 20 minutes de présentation suivis de débats avec le discutant, et d’une discussion ouverte. Huit doctorants seront sélectionnés pour cette première journée.

Mise en valeur : Les doctorants sélectionnés pourront, s’ils le souhaitent, participer à une publication scientifique pour mettre en valeur leurs résultats et leurs méthodologies, dans le cadre d’un dossier « Pensées émergentes » qui sera soumis à la revue l’Espace politique. Un résumé des interventions sera diffusé diffusé sur la page internet de la Commission, en insistant sur les apports thématiques et méthodologiques des recherches présentées. Un compte rendu de la journée sera également mis en ligne via la page Facebook de la Commission.

 

Comité d’organisation :

Amaël Cattaruzza (Saint-Cyr, Paris 4/ CREC, ENEC)

Sophie Hou (Paris 1/ PRODIG)

Kevin Limonier (U. Paris 8, IFG/ CRAG)

Comité scientifique :

Anne-Laure Amilhat-Szary (U. Grenoble-Alpes / Pacte)

Emmanuelle Boulineau (ENS Lyon/ EVS)

Frédérick Douzet (U. Paris 8, IFG/ CRAG)

Virginie Mamadouh (U. d’Amsterdam, AISSR)

Lucile Médina (U. de Montpellier/ ART-Dev)

Bernard Reitel (U. d’Artois/ Discontinuités)

Yann Richard (U. Paris 1/ PRODIG)

Stéphane Rosière (U.de Reims/ Habiter)

Pierre Sintès (Aix-Marseille U. / TELEMME)

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

La revue stratégique en pratiques “Les enjeux de sécuritéet de défense nationale vus par les doctorants IHEDN”
03 novembre 2018

Auteurs

Louis Pétiniaud, Colin Gérard et Kevin Limonier ont participé à l’ouvrage « La Revue Stratégique en pratiques, Les enjeux de sécurité et de défense nationale vus par les doctorants IHEDN » avec un article portant que les stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France.

Résumé de l’article:

La Russie développe depuis plusieurs années une nouvelle stratégie d’influence à l’étranger, qui se déploie particulièrement dans le cyberespace. Au cœur de celle-ci, la production massive de contenu par des plateformes médiatiques russes et leur propagation à travers les réseaux sociaux ont montré une efficacité certaine. Le contexte historique spécifique du développement de ces plateformes, puis leur adaptation aux codes et fonctionnement d’Internet ont eu un rôle important dans leur succès croissant.

Par ailleurs, l’analyse du Big Data donne à voir l’existence d’une galaxie d’utilisateurs d’Internet qui, en France, joue autour de ces médias, un efficace rôle de relais et de propagation d’un discours favorable à la Russie. L’identification et l’analyse du comportement de ces utilisateurs permet l’élaboration d’une méthodologie innovante de cartographie de ces relais, et par-là une nouvelle approche de la puissance informationnelle russe en France.

 

Télécharger l’article sur le site de l’IHEDN.

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ru.net : géopolitique du cyberespace russophone

Ru.net : géopolitique du cyberespace russophone

Les cahiers de l’Observatoire
02 novembre 2018

Auteur

A tort ou à raison, la Russie s’est construit une image de « cyberpuissance » que les accusations américaines, renforcées par les déclarations du président français, ont grandement contribué à façonner. Kevin Limonier pose ici la question de l’instrumentalisation politique, par la Russie comme par ses adversaires, d’un phénomène technique ayant acquis une immense importance stratégique. La lutte pour son contrôle est en effet susceptible de provoquer des guerres, de déstabiliser des régions entières, ou encore de priver les citoyens de certains de leurs droits les plus fondamentaux. Le retour objectif de la Russie sur la scène internationale s’accompagne d’une mise en récit s’appuyant sur un imaginaire issu de la « guerre froide ». C’est à cette « mise en récit » qu’est consacré le quatrième Carnet de l’Observatoire.

Voir le site des éditions L’inventaire

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn