Les données numériques au cœur de nouveaux conflits géopolitiques

Les données numériques au cœur de nouveaux conflits géopolitiques

Revue Regards Croisés sur l’économie

04 juillet 2019

Chercheur

Nous donnons chaque jour, le plus souvent sans nous en apercevoir, des informations personnelles à des entités que nous connaissons mal. Que donnons-nous ? Nos centres d’intérêts, nos photos, notre géolocalisation, même les informations de nos contacts… Mais comment sont ensuite mobilisées ces données par les acteurs qui s’en saisissent ? Quelles sont les conséquences économiques et sociétales des transformations qui s’opèrent actuellement ?

L’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication a vu naître dans son sillage l’économie numérique, les données de masse, les applications (pas si) gratuites et bien d’autres phénomènes économiques et sociaux sur lesquels il est encore difficile de prendre de la hauteur. Alors que le « big data » semble envahir tous les domaines, de l’intime à l’administratif, du local à l’international, la revue Regards croisés sur l’économie propose, dans ce numéro, d’interroger ses sources, ses applications et les transformations sociales et économiques qui sont à l’œuvre.

Ce numéro fait appel aussi bien aux meilleurs spécialistes de sciences sociales qu’à des acteurs majeurs de ce domaine, pour apporter au lecteur tout l’éclairage sur les grandes questions que pose à nos sociétés l’avènement d’une économie des données personnelle.

Avec la participation de Colin Gérard, doctorant à l’IFG

Plus d’informations ici

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Usines à trolls » russes : de l’association patriotique locale à l’entreprise globale

« Usines à trolls » russes : de l’association patriotique locale à l’entreprise globale

La Revue des Médias - Ina
20 juin 2019

Auteur

Par Colin Gérard, doctorant à l’IFG et à l’INRIA

De leur origine en 2010 à leur coup d’éclat lors de la présidentielle américaine de 2016, retour sur les « usines à trolls » russes à travers le cas de l’Internet Research Agency. Une organisation toujours mystérieuse et dont l’impact des manipulations reste à déterminer.

 

Commenter, moquer, parodier, harceler en masse. Basée à Saint-Pétersbourg, l’Internet Research Agency (IRA) était chargée de prendre d’assaut les plateformes de communication en ligne, réseaux sociaux, plateformes de vidéos ou sites internet de médias, en les noyant de commentaires, vidéos et mèmes, et d’organiser des rassemblements dans des États tiers, en l’occurrence aux États-Unis. Des objectifs clairs, qui lui ont valu le surnom d’« usine à trolls ».

 

Le 18 avril 2019, le département américain de la Justice publiait une version expurgée du rapport issu de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une possible collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump pour la présidentielle de 2016. L’enquête ne fait état d’aucun lien avéré entre l’équipe du candidat et la Russie, mais éclaire sur le rôle de cette organisation au fonctionnement opaque …

 

Lire la suite sur le site de la « revue des média » de l’INA

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

Stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France

La revue stratégique en pratiques “Les enjeux de sécuritéet de défense nationale vus par les doctorants IHEDN”
03 novembre 2018

Auteurs

Louis Pétiniaud, Colin Gérard et Kevin Limonier ont participé à l’ouvrage « La Revue Stratégique en pratiques, Les enjeux de sécurité et de défense nationale vus par les doctorants IHEDN » avec un article portant que les stratégies et mécanismes des actions informationnelles en France.

Résumé de l’article:

La Russie développe depuis plusieurs années une nouvelle stratégie d’influence à l’étranger, qui se déploie particulièrement dans le cyberespace. Au cœur de celle-ci, la production massive de contenu par des plateformes médiatiques russes et leur propagation à travers les réseaux sociaux ont montré une efficacité certaine. Le contexte historique spécifique du développement de ces plateformes, puis leur adaptation aux codes et fonctionnement d’Internet ont eu un rôle important dans leur succès croissant.

Par ailleurs, l’analyse du Big Data donne à voir l’existence d’une galaxie d’utilisateurs d’Internet qui, en France, joue autour de ces médias, un efficace rôle de relais et de propagation d’un discours favorable à la Russie. L’identification et l’analyse du comportement de ces utilisateurs permet l’élaboration d’une méthodologie innovante de cartographie de ces relais, et par-là une nouvelle approche de la puissance informationnelle russe en France.

 

Télécharger l’article sur le site de l’IHEDN.

 

Partager l'actualité
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn