Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Journée d’études internationale « Internet, données numériques, pouvoir et rivalités dans l’espace post-soviétique »

25 novembre à 9 h 00 min - 18 h 30 min

Depuis plus d’une décennie maintenant, Internet et les réseaux numériques jouent un rôle central dans la plupart des conflits contemporains. Qu’il s’agisse de leur stockage, de leur circulation, de leur production ou de leur manipulation (au sens propre comme au sens figuré), les données numériques sont désormais mobilisées dans la plupart des situations de rivalités ou de crise géopolitiques. Les stratégies de contrôle deviennent quant à elles de plus en plus nombreuses et diverses, au fur et à mesure que se poursuit la conversion en données numériques de pans entiers de l’activité humaine. Les piratages informatiques, destructions d’infrastructures, ou manipulations de l’information sont devenus des leviers auxquels ont recours un nombre grandissant d’acteurs désireux de confirmer ou d’inverser en leur faveur un rapport de force géopolitique.

L’espace post-soviétique apparaît comme un terrain privilégié du déploiement de ces tactiques et stratégies de contrôle. La perturbation des systèmes de circulation, de traitement ou de stockage des données numériques est progressivement devenue un élément à part entière des conflits et rivalités qui traversent ce vaste espace post-impérial. La confrontation de plusieurs « communautés imaginées » (Anderson), fondées sur des représentations divergentes de la mémoire, de l’identité ou de la langue, constitue alors un puissant catalyseur de conflictualités numériques.

Or, la Russie exerce une certaine domination sur les réseaux numériques de cet « étranger proche ». Ses plateformes d’intermédiations sont largement utilisées par les populations russophones de l’ancienne URSS, tandis que la géographie des infrastructures – tout comme la topologie des protocoles de routage – demeurent fortement structurées autour des anciens centres du pouvoir soviétique.

Grâce à cette situation, le « cyberespace » s’avère être devenu pour la Russie un important levier d’affirmation de sa puissance, au sens qu’en donne Raymond Aron : la capacité de faire, de faire faire et de refuser de faire. L’objectif de cette journée d’étude sera donc de questionner la manière dont Internet et les données numériques sont effectivement devenues un outil et un objet de pouvoir dans le contexte des rivalités territoriales que connaît aujourd’hui l’espace post-soviétique, ainsi que dans celui de la stratégie d’influence russe dans son étranger proche et, plus largement, dans le monde entier.

En filigrane de cet objectif, et au-delà de l’utilité d’une telle discussion pour la connaissance aréale, cette journée d’étude permettra, par des exemples empiriques, d’alimenter les réflexions autour de deux questions méthodologiques cruciales.

D’abord, il s’agira de questionner les relations qu’entretiennent les notions d’espace géographique et de réseau en géopolitique. En effet, si les réseaux numériques sont devenus un lieu de rivalités géopolitiques, alors il est nécessaire de réfléchir à la manière dont il convient désormais d’inclure la « famille topologique «  (au sens qu’en donne Jacques Lévy, par opposition à la « famille topographique » de l’espace et du territoire) dans le dispositif d’une géographie pensée comme un ensemble de savoirs stratégiques permettant l’exercice du pouvoir (Yves Lacoste). Les communications pourront fournir des exemples empiriques de la manière dont connaissance topologique et connaissance topographique sont devenues également indispensables pour l’étude des rivalités géopolitiques.

Ensuite, les discussions empiriques de cette journée d’étude pourront également nourrir la réflexion très actuelle consistant à questionner l’emploi de notions telles que celle de « cyberespace », qui constituent bien plus une représentation (au sens où elle est le résultat d’un ensemble de pratiques) qu’un outil épistémologique. Cette journée sera ainsi l’occasion de confronter des expériences réelles à des cadres de pensées aujourd’hui en gestation, comme celui de « datasphère » (Grumbach, Desforges, Douzet).

Organisé en collaboration avec la Fabrique Défense, cet événement a également pour objectif de mettre en valeur les travaux menés par les étudiantes et étudiants du Master 2 recherche de l’Institut Français de Géopolitique sur le cyberespace russophone.

 

L’événement se déroulera en anglais

9:00 AM : registration and coffee

9:30 AM : Keynote : Kevin Limonier, French Institute of Geopolitics / GEODE

10:00 AM – 12:00 AM : Panel 1 : Between the keyboard and the chair : representations and strategies of the post-soviet Internet actors.

Discussant : Jean-Robert Raviot, Université Paris Ouest la Défense.

  • Marie Gabrielle Bertran (French Institute of Geopolitics / GEODE) : The SyTech hack, and what can be drawn from it about Russia in terms of geopolitics
  • Hugo Estecahandy (GEODE) : Geopolitics of cryptocurrencies mining in the Irkutsk Oblast
  • Léa Ronzaud (Graphika) : Estonia, a cyber power: how Russia and Russian threat actors shaped Estonian cyber-defense and cyber-security
  • Vincent Lepinay (Médialab, Sciences Po) : TBA

12:00 AM – 1:30PM : Lunch

 

1:30 PM – 3:45 PM Panel 2 : The routes of the post-soviet Internet : protocols, measurements and cartography

Discussant : Alberto Dainotti (CAIDA, University of California)

  • Thibaut Alchus (French Institute of Geopolitics) : At the edge of the “Ru.net”: a topological analysis of Crimean network architecture
  • Antoine Delaunay (French Institute of Geopolitics) : From the lack of oversight to government censorship: the Ukrainian Internet in wartime
  • Francesca Musiani (Centre Internet et Société, CNRS) : Engineers Facing the Government: Ruse and Resistance among Internet Service Providers in Russia.
  • Louis Pétiniaud (French Institute of Geopolitics / GEODE) : Geopolitics of Routing: Internet connectivity in disputed territories of the post-soviet space
  • Alex Semenyaka (RIPE NCC, Moscow) : Distance/RTT Ration analysis for some post-Soviet countries

4:00 PM – 6:00 PM : Panel 3 : Digital Information and influence

Discussant : Maxime Audinet, Université Paris Ouest / IFRI

  • Dmitri Boschmann (Université Paris Ouest) : “Don‘t read Telegram channels” : Telegram as the new battleground for information wars in Russia
  • Diyana Dobreva (Cardiff Crime Institute, Cardiff University) : Russian disinformation in the Baltics and Ukraine
  • Colin Gérard (French Institute of Geopolitics / GEODE / INRIA) : From the local patriotic association to the global company, anatomy of the Internet Research Agency

Contact Informations

Organisateurs

  • Kévin Limonier, Associate Professor in Slavic Studies and Geography, IFG, GEODE, Paris 8
  • Hugo Estecahandy, GEODE

Comité scientifique

  • Frederick Douzet, Professor of Geopolitics and Geography, IFG, GEODE, Paris 8
  • Jean-Robert Raviot, Professor of Slavic Studies and Political Science, University Paris Ouest
  • Alix Desforges, Postdoctoral Researcher in Geography, GEODE
  • Amaël Cattaruzza, Associate Professor, with habilitation, and Chairman of the Geopolitical Commission of the CNFG, CREC, Special Military School of Saint-Cyr
  • Kavé Salamatian, Professor of Computer Science, University of Savoie Mont Blanc
  • Kévin Limonier, Associate Professor in Slavic Studies and Geography, IFG, GEODE, Paris 8

Partenaires

Informations sur le lieu

Détails

Date :
25 novembre
Heure :
9 h 00 min - 18 h 30 min

Organisateurs

Université Paris 8
Campus Condorcet

Lieu

Campus Condorcet
20 avenue George Sand
Saint Denis, 93210 France
+ Google Map
Site Web :
https://www.campus-condorcet.fr/Accueil
Nous contacter

Phrase d'accroche facultative.

Captcha illisible ? Regénérer. captcha txt

S'inscrire

Rejoignez 33 autres

Tribe Loading Animation Image

Déjà enregistré ?

Utilisez cet outil pour gérer votre inscription.