Diplôme de Formation Supérieure Spécialisée d’Université Révolution numérique : enjeux stratégiques et géopolitiques

Avec un lancement prévu au cours de l’année 2022, le DFSSU « Révolution numérique : enjeux stratégiques et géopolitiques » a pour but d’offrir une formation continue pour les professionnels en poste.

Cette formation se déroule sur 12 mois selon un rythme de 2 à 3 jours par mois et un module intensif de travaux pratiques de 5 jours. Le calendrier détaillé a dû être modifié suite à la crise sanitaire et sera publié le plus rapidement possible.

Objectifs

Il s’agit de former des spécialistes aux enjeux stratégiques de la datasphère et aux outils qui permettent d’en exploiter les données disponibles en sources ouvertes.

L’approche géopolitique est essentielle pour le maniement de ces ressources qui nécessite un socle de connaissances techniques mais permet, par le croisement d’immenses volumes de données spatialisées et non spatialisées, de comprendre les relations entre acteurs, les stratégies d’influence, les enjeux d’un conflit géopolitique ou d’un marché sensible, et de développer de l’analyse prédictive.

Cette formation vise à :

  • Comprendre et analyser des dynamiques et des rivalités de pouvoir géopolitiques liées à la révolution numérique ;
  • Identifier des enjeux stratégiques à long terme de la transformation numérique et de la façon dont ils s’appliquent aux entreprises et aux États ;
  • Comprendre l’environnement stratégique dans lequel s’insèrent les organisations, publiques et privées et des principaux risques et menaces de ce nouvel environnement ;
  • Comprendre des fondamentaux pour anticiper, mitiger et répondre au risque cyber ;
  • Utiliser des ressources numériques pour inférer des stratégies d’acteurs ;
  • Maîtriser des outils d’investigation en sources ouvertes.

Cette formation s’adresse principalement à des professionnels issus de sciences humaines et sociales, ou de sciences de l’informatique et de l’ingénieur, dont des cadres d’entreprises, de la défense et de la diplomatie.

Elle accueille à la fois des professionnels à compétences techniques qui souhaitent une formation aux enjeux stratégiques de la datasphère, ainsi que des cadres en stratégie qui ont besoin de se former aux questions de cybersécurité et aux enjeux de la révolution numérique.

A l’issue de la formation, les participants seront capables de :

  • Prendre en compte la révolution numérique dans la stratégie d’un État ou d’une entreprise à moyen et long terme ;
  • D’appliquer la méthodologie géopolitique à des situations conflictuelles multi-acteurs et d’en tirer des conséquences stratégiques pour leur organisation ;
  • De conduire une analyse de risques cyber, d’élaborer une analyse stratégique de ces risques, et d’anticiper les crises potentielles liées à ces risques.
  • D’anticiper les modifications de l’environnement stratégique des organisations ;
  • De mobiliser des outils de collecte et d’analyse de données en sources ouvertes.

La formation sera structurée autour de 10 modules thématiques, faisant alterner cours théoriques, méthodologiques, ateliers, travaux pratiques, exercices sur scénario et travail de recherche (rédaction d’un mémoire professionnel). Des visites sur site seront également organisées, ainsi qu’une participation au Forum International de la Cybersécurité et au Cyber 9/12 Strategy Challenge.

Module 1 : Du cyberespace à la datasphère : les enjeux de la révolution numérique. Il s’agit d’introduire les principaux enjeux de la transformation numérique pour la société, les entreprises, l’État et les organisations : enjeux sécuritaires et stratégiques, ubérisation, intelligence
artificielle, enjeux concurrentiels, impacts sociétaux, défis pour la démocratie, questions de confiance.

Module 2 : Géopolitique des technologies numériques et enjeux de souveraineté. Ce module montre en quoi les technologies numériques – datacentercloud computing, cryptographie – posent aujourd’hui des enjeux de souveraineté pour les États et les diverses solutions qu’ils mettent en place, que ce soit sur le plan technique, logique ou juridique, pour y faire face.

Module 3 : Géopolitique des technologies numériques : les technologies de rupture. Les enseignements de ce module proposent d’aborder la question des technologies de rupture (IA, 5G, blockchain, quantum computing) pour comprendre, à travers les grandes lignes de leur fonctionnement, comment elles pourraient modifier les rapports sociaux et politiques au sein de nos sociétés, et comment la concurrence et la compétition internationales qu’elles génèrent deviennent de nouveaux enjeux géopolitiques.

Module 4 : Cyberguerre : le cyberespace, lieu de conflictualité. Ce module s’intéresse aux nouveaux enjeux de la conflictualité numérique (modes d’actions, nature des menaces, stratégies d’acteurs, surprises et ruptures stratégiques, études de cas).

Module 5 : Stratégies de puissance des États dans l’espace numérique. Il s’agit d’étudier les stratégies de puissance mises en place par différents États ou organisations dans l’espace numérique (Chine, Russie, États-Unis, France, Union européenne, États d’innovation numérique : Estonie/Israël).

Module 6 : Sécurité et stabilité du cyberespace : les enjeux de la régulation internationale.Ce module montre en quoi le cyberespace est devenu un enjeu majeur des négociations diplomatiques, comment se construit la sécurité collective à l’ère numérique (GGE, OSCE, Code of Conduct (OSC), initiatives privées, Global Commission on the Stability of Cyberspace, London Process), et comment le droit international répond aux défis de la révolution numérique.

Module 7 : Stratégies de cybersécurité et gestion du risque numérique. Ce module assuré par des professionnels aborde les principales questions de cybersécurité qui se posent pour les entreprises et les industriels : comment analyser les risques ? Comment gérer son risque cyber ? Quel est l’écosystème de la cybersécurité en France ? Il se conclut par l’élaboration de scénarios d’attaque et des mises en situations.

Module 8 : Cartographier la datasphère : comment représenter l’espace numérique. La cartographie de la datasphère est un outil particulièrement performant d’aide à la décision. Ce module présente les bases méthodologiques permettant de mettre en œuvre et d’interpréter des cartes géographiques et géopolitiques de l’espace numérique.

Module 9 : Cartographier la datasphère : investigations dans l’espace numérique. Les réseaux sociaux ainsi que l’ensemble des données en sources ouvertes sont devenus de puissants instruments de renseignement qui peuvent être utilisés à des fins d’analyse stratégique et géopolitique (cartographie d’influence informationnelle, réseaux d’acteurs, etc.). Ce module pratique présentera des outils permettant de mettre en oeuvre ce type d’investigation.

Module 10 : Révolution numérique : les données au cœur du pouvoir. Ce module présente les grands enjeux sociétaux des technologies numériques du fait de leur capacité à réguler et anticiper des phénomènes complexes (pollution, consommation d’énergie, diffusion d’un virus, etc.) et des transformations qu’elles induisent dans les relations d’acteurs à tous niveaux. L’usage de ces outils posent néanmoins de nouvelles questions éthiques et politiques (données personnelles, vie privée, démocratie, etc.) qu’il convient de prendre en considération.

Module 11 : Forum International de la Cybersécurité et participation au Cyber 9/12 Strategy Challenge. La participation à cet évènement clef de la cybersécurité internationale et au Cyber 9/12 Strategy Challenge permet de fournir une vision panoramique des acteurs français et européens de la sécurité informatique et de la cyberdéfense.

Module 12 : Restitution des travaux de recherche. La restitution des travaux de recherches des stagiaires de la promotion sortante fera l’objet d’un évènement particulier, permettant de présenter aux stagiaires de la nouvelle promotion les grands enjeux et les résultats de cette formation.

L’admission à cette formation se réalise :

– soit sur titre : Master 2 dans les domaines des sciences humaines et sociales (géopolitique, droit, sciences de gestion, communication, géographie, etc.) ou des sciences informatiques et de l’ingénieur ;

– soit sur validation des acquis professionnels et personnels : la VAPP (Décret n° 85-906 du 23 août 1985 modifié par le décret du 19 août 2013 – Articles D.613-38 à D. 613-50) peut être accordée aux personnes ne remplissant pas les conditions précitées après exposé de leurs motivations et étude de la cohérence de leur projet professionnel, et sur justification d’au moins 3 ans d’expérience professionnelle dans le champ du numérique.

Dans les deux cas, l’admission se fait après sélection du dossier de candidature, puis entretien éventuel.

Coût de formation :

Entreprise : 7 500€

Administration publique : 4 000€

Les coûts liés à l’hébergement, à la restauration et au transport sont à la charge du participant ou de son employeur.

Candidatures

Les candidatures, composées d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae, doivent être déposées sur l’application E-candidature de Paris 8 : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

Suite à la crise sanitaire, nous avons modifié le calendrier de la formation. En attendant la communication d’une nouvelle date butoir, les inscriptions restent ouvertes.

Responsable de formation : Amaël Cattaruzza, Professeur des Universités à Paris 8
Capacité d’accueil : 15 à 20 places
Lieu de formation* : Campus Condorcet, Aubervilliers (Métro ligne 12, RER B)

*En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, les cours pourront être suivis à distance.